web-banner (1).jpg

Un projet concret avec 35 engagements pour 60 mois de mandat 

Agir au niveau local, vous défendre auprès des décideurs publics.

Découvrez nos 35 engagements. Il ne s’agit pas de promesses utopiques. Notre projet dense est réalisable au cours des 60 mois de mandat.

 
Avec notre énergie collective nous sommes prêts à défendre vos intérêts sur le plan local, mais aussi directement auprès des décideurs publics en France.

Soyons plus forts ensemble !

Proximité

1) Nous poursuivrons la publication d’une lettre d’information mensuelle afin de traiter des sujets qui concernent l’actualité des Français à l’étranger.

2) Nous mettrons en place une ligne d’appel dédiée afin de faciliter vos démarches administratives et répondre efficacement à vos questions. Cette permanence consulaire virtuelle accessible, à toutes et tous, sera complémentaire aux permanences en présentiel.

 

3) Périodiquement, nous organiserons des réunions d’information sur les thèmes importants pour les Français au Cambodge : fiscalité, bourses scolaires, aides sociales, assurances santé, retraites…

Solidarité

4) Nous défendrons équitablement les dossiers des personnes les plus fragiles et isolées lors des Conseils consulaires pour la Protection et l’Action Sociale des Français de l’étranger, dans le respect d’une répartition juste et nécessaire du budget des aides sociales.

 

5) Nous veillerons à rehausser le taux de base annuel afin d’aider nos compatriotes en grande précarité.

 

6) Le dispositif des aides SOS COVID-19 a permis d’aider des personnes en grande difficulté. Pourtant sur un budget mondial de 50 millions d’euros (en 2020), seuls 4,7 millions ont été utilisés soit moins de 10%. Nous suggèrerons une solution adéquate afin de rendre le dispositif SOS COVID-19 accessible à une frange plus large de bénéficiaires. Nous proposerons son augmentation à 290 euros mensuel contre 105 aujourd’hui. 

 

7) Nous demanderons une évolution des textes afin de permettre aux Conseillers des Français de l’Etranger de signer des certificats de vie. Nous accompagnerons bénévolement nos concitoyens afin de constituer leur dossier de liquidation de retraite. 

Service public

8) Nous serons particulièrement vigilant quant à la défense du service public consulaire. La création annoncée par l’Etat d’une plateforme téléphonique mondiale pour gérer les affaires consulaires nous inquiète.  Il met en péril l’emploi dans nos consulats. Nous défendrons aussi le maintien de la prise de rendez-vous par téléphone et de l’accueil physique au Consulat, pour tous nos compatriotes.

9) Nous proposerons d'ouvrir un poste de Consul honoraire pour le Sud Cambodge. D’autres pays ont des consuls honoraires pour des bassins de population similaires.

10 )Nous agirons pour une facilitation de l’accès à service-public.fr,  le site Internet officiel de l’administration française.  

11) Nous militerons auprès des parlementaires afin d'actualiser la carte consulaire au standard du format de la nouvelle carte nationale d’identité. La carte consulaire est un document d’identité officiel de la République Française. Elle permet surtout de bénéficier de la protection consulaire, mais aussi d’être exempté de TVA lors d’achats en France.

Intérêt général

12) Notre collectif proposera à l’administration consulaire la création d’un baromètre biennal sur “Comment vivent les Français au Cambodge ?”. Ce dispositif permettra d'observer l’évolution des besoins de la communauté française au Cambodge. Déjà mis en place, depuis 2008, par le Consulat de France à Shanghai, cette étude portera notamment sur la famille, la santé, l’éducation, l’emploi, la retraite, l’adaptation à l’environnement local…

 

13) Lorsque la situation sanitaire le permettra, nous proposerons l’organisation d’un Forum annuel des associations françaises et francophones présentes au Cambodge. Ce type de manifestation existe dans de nombreux pays et est très apprécié. Il permettra par exemple de découvrir les associations présentes, mais aussi de s’inscrire à des activités de type sportif, loisirs, culturel, sensibilisation à la transition écologique, regroupement économique.

Education

14) Nous organiserons des ateliers afin d’assister les familles qui le souhaitent dans l’établissement de leur dossier de demande de bourse scolaire afin d’éviter tout rejet. Nous soutiendrons particulièrement les familles en grande difficulté, notamment monoparentales. 

15) Nous nous engageons à défendre tous les dossiers éligibles, sans exception, lors des conseils consulaires pour les Bourses scolaires, y compris pour des montants de bourses scolaires peu élevés. 

16) Nous veillerons à ce que les indices de calcul de quotité de bourses soient réévalués régulièrement et qu’ils correspondent au niveau de vie au Cambodge. 

17) Nous participerons avec assiduité aux Conseils d'Établissement des écoles du réseau AEFE comme le permet la loi et proposerons la tenue d’un conseil consulaire annuel consacré à l’enseignement, comme le permet la loi. Nous appuierons l’homologation de nouvelles écoles françaises pour renforcer le réseau AEFE au Cambodge. Pour rappel, seules deux écoles sont aujourd’hui homologuées au Cambodge : Le Lycée Français René Descartes et l'École Française de Siem Reap.

Prévention - Santé

18) Nous serons particulièrement attentifs, tout au long du mandat, à valoriser le dispositif de catégorie aidée de la CFE qui permet une prise en charge à moindre coût. Nous soutiendrons en Conseil consulaire les demandes d’aide à la CFE.

19) Pour les adhérents de la CFE, nous veillerons à la généralisation rapide de la carte vitale pouvant servir lors de soins en France.

20) Comme nous avons commencé à le faire, nous mènerons des campagnes d’information sur des grands thèmes de santé publique (cancer, maladies chroniques, infectieuses et tropicales...) via nos lettres d’information.

21) Nous demanderons la nomination rapide, au sein des services consulaires, d’un référent chargé d’accompagner les victimes de violences intra-familiales (femmes et enfants). 

Développement économique

22) Nous interviendrons auprès des parlementaires français pour accélérer la création du statut de l'Entrepreneur Français à l’Etranger. La pandémie du COVID-19 montre à quel point les entrepreneurs français à l’étranger doivent être soutenus.

 

23) Comme le prévoit la loi, nous veillerons à convoquer annuellement un Conseil consulaire consacré aux affaires économiques et à l’emploi. Il est primordial pour notre collectif d’entretenir un lien régulier avec l’ensemble des acteurs présents au Cambodge (Chambre de Commerce et d’Industrie France Cambodge, Conseillers du Commerces Extérieurs, entreprises).

 

24) La crise du COVID-19 a amené des incertitudes dans la poursuite de carrières à l’étranger. Bien que la formation professionnelle soit prévue dans les textes pour les Français de l’Etranger (mettre la loi), ceux-ci sont aujourd’hui en grande partie inopérants. Nous réfléchirons avec les décideurs publics concernés à la mise en place d’un nouveau dispositif de formation professionnelle plus accessible.

Développement durable

25) Nous assurerons la promotion des entreprises ayant une démarche sociale, solidaire et écologique dans le cadre du Prix du Développement durable à l’étranger, organisé tous les deux ans par l’Assemblée des Français de l’Etranger. 

 

26) Nous proposerons de créer un guide des points de recyclage à Phnom Penh puis ensuite si il y a une demande, nous l’élargirons  à d’autres villes du Cambodge.

 

27) Nous appuierons les initiatives locales de sensibilisation aux enjeux du développement durable portées par des associations francophones. Des membres de notre équipe l’ont déjà fait à Siem Reap en lien avec les associations Français du monde-adfe et Camborea. Dans le cadre du STAFE (Soutien technique aux associations Françaises de l’Etranger), nous étudierons attentivement les dossiers qui incluent des critères environnementaux.

 

28) Les écoles du réseau AEFE sont déjà particulièrement impliquées dans ces causes, nous soutiendrons les initiatives menées dans le réseau scolaire en proposant notre accompagnement pour valoriser ces initiatives auprès des décideurs publics. 

Fiscalité

29) Nous serons particulièrement vigilant à ce qu’une issue soit trouvée pour exonérer définitivement de la CSG-CRDS les Français de l’étranger hors Union-Européenne. Sur ce sujet, notre tête de liste Florian Bohême est engagé depuis longtemps (mettre pétition CSG-CRDS).

 

30) Nous veillerons à ce que la réforme fiscale proposée par le Gouvernement Français soit réellement abrogée. Celle-ci étant officiellement reportée à 2023 pour le moment.

 

31) Dans le respect de la législation européenne, nous demanderons à ce que l’Etat Français puisse faciliter le rapatriement de fonds du Cambodge vers la France. C’est aujourd’hui très difficile en raison des contraintes sur les paradis fiscaux et la lutte contre le terrorisme, le Cambodge étant classé sur liste grise. 

Transparence

32) Nous rendrons compte par un bilan annuel de mandat de nos actions concrètes au sein des Conseils consulaires et des démarches menées au service de la communauté française.

 

33) Nous serons équitables dans l’étude des demandes de subventions par le Conseil consulaire faites par les associations françaises au Cambodge.

 

34) Nous nous engageons à étudier sans parti-pris et avec bienveillance l’ensemble des dossiers présentés devant le conseil consulaire concernant les affaires sociales ou les demandes de bourses.

 

35) Le mandat de Conseiller des Français de l’Etranger est bénévole mais une indemnité de frais de mandat de 3200 euros par an est accordée. Nous redistribuerons à des initiatives solidaires les frais restants non dépensés.