Rechercher

Le discours d'un Président - une analyse personnelle de Florian Bohême.




Pour la quatrième fois en quelques semaines, le Président de la République s’est adressé au peuple français lors d’une allocution télévisée.


Soyons clair, il ne s’agit pas ici de critiquer l’action d’un Etat, d’un Gouvernement. Il y aurait forcément beaucoup à dire mais ce n’est pas le moment. Ce moment viendra, n’en doutons pas, c’est la force de notre démocratie. Français à l’étranger depuis plusieurs années, je serais d’ailleurs bien en peine de pouvoir commenter l’action des pouvoirs publics sur le sol français. Par contre, je vois ce qui est fait pour nos communautés françaises à l’étranger : 3 millions de compatriotes de par le monde. 3 millions c’est l’équivalent de la population en Bretagne, en Aquitaine, en Midi-Pyrénées ou encore dans les outre-mer.


Ce discours - le discours d’un Président aussi volontariste soit-il - a fait apparaître des carences que je détaille ici.


📢 “Comme tous les pays du monde, nous avons manqué de blouses, de gants, de gels hydro alcooliques.” 🔴 Non ce n’est pas vrai, tous les pays du monde ne sont pas concernés par ces absences cruelles et dramatiques d’équipements.

Un récent exemple en date est celui du Maroc qui a imposé le port du masque obligatoire et a réussi à fournir tout le monde à des prix très très raisonnables.

Ici au Cambodge, mon pays de résidence, si le port du masque n’est pas obligatoire, il reste que l’on peut en trouver partout, de même que des solutions hydroalcooliques. Un effort reste à faire sur le prix d’accès à ces produits et le Gouvernement Royal a d’ailleurs alerté les commerçants en ce sens.


📢 La phrase qui a pleinement retenu mon attention de Français de l’étranger dans ce discours est la suivante : “Ces dernières semaines, soyons aussi justes avec notre pays, ont été marqué par de vraies réussites : (...) le rapatriement de plusieurs dizaines de milliers de ressortissants français et européens depuis des pays du monde entier et le soutien aux Français de l'étranger.”


🟢 Oui, le Président a raison, jamais la France n’avait connu une mesure de retour en France de nos touristes (pour une grande majorité d’entre eux) aussi rapide, aussi généralisée. Cela a été rendu possible grâce à l’action des agents de nos Consulats et Ambassades. Si le Président ne l’a pas dit clairement, qu’ils en soient ici chaleureusement remerciés, car ces retours en France ont un mérite dont personne ne parle : celui d’éviter d’ajouter de la crise à la crise.

Gérer une crise pour nos compatriotes établis durablement hors de France est une chose, devoir gérer plusieurs centaines de milliers de personnes, qui n’ont pas l’habitude de vivre à l’étranger, qui ne connaissent pas les codes de l’interculturalité en est une autre.


📢 La fin de la phrase présidentielle me laisse néanmoins circonspect : “le soutien aux Français de l'étranger.”

De quoi le Président parle-t-il ? Depuis des semaines, de nombreuses communautés françaises, à commencer ici en Asie, sont en difficulté. Quelles ont été les annonces ? Quelles ont été les mesures concrètes ?


Bien sûr, le sacro saint débat de savoir si les Français de l’étranger peuvent bénéficier des mêmes droits que les Français habitant en métropole ou dans les outre-mer est plus que jamais d’actualité. Il y a les POUR, il y a les CONTRE mais il y a d’abord une réalité, celle de la parole présidentielle, en date du 12 mars 2020. Cette parole qui en une phrase a rétabli les principes de l’Etat providence, de l’Etat protecteur : Aussi, tout sera mis en œuvre pour protéger nos salariés et pour protéger nos entreprises quoi qu'il en coûte, là aussi. (...) Ce que révèle d'ores et déjà cette pandémie, c'est que la santé gratuite sans condition de revenu, de parcours ou de profession, notre Etat-providence ne sont pas des coûts ou des charges mais des biens précieux, des atouts indispensables quand le destin frappe.


Depuis le 12 mars 2020, quelle est donc la réalité pour les Français résidents à l’étranger ?

Est-ce que ceux-ci ont été intégrés au dispositif d’aide de l’Etat comme le fonds de solidarité à destination des entreprises particulièrement touchées par les conséquences économiques, financières et sociales de la propagation de l'épidémie de covid-19 et des mesures prises pour limiter cette propagation ? NON !

Pour rappel, l’Etat français a annoncé un plan d’urgence à hauteur de 100 milliards d’euros en additionnant la totalité des mesures budgétaires et de trésorerie en faveur des entreprises.


Est-ce que des annonces concrètes ont été faites en direction des quelques 522 écoles et lycées français dans le monde ? NON !

Deux dispositifs existent principalement : l’accompagnement via les bourses scolaires pour les enfants de nationalité française et un soutien au réseau dans son ensemble lorsque cela le nécessite.


Est-ce que des mesures d’urgence via des aides sociales ont été prises en direction de nos compatriotes de l’étranger les plus exposés ? NON !

Sur ce point, un exemple concret pour mieux comprendre les enjeux. Les aides sociales pour les Français du Cambodge (mon pays de résidence) sont de l’ordre d’environ 15.000 euros en 2019 et concernent 11 personnes sur une communauté de 5.000 français inscrits au Registre des Français établis hors de France. Dans le monde entier, sur une communauté d’environ 3 millions de compatriotes, l’accompagnement social concerne 4041 allocataires dont 533 entrants en 2020.


Les prochaines heures vont être capitales pour nous Français à l’étranger. Espérons que cette parole présidentielle, qui se veut Churchillienne, soit une réalité concrète et que ces 6 mots dans un discours qui en compte 3689 : “le soutien aux Français de l'étranger” se transforment en acte ! Oui, tous les Français de l’étranger ne sont pas logés à la même enseigne, certains pays (notamment en Europe) offrant plus de protections sociales que d’autres, mais c’est la force de notre réseau diplomatique que de pouvoir analyser rapidement quelle communauté française va avoir besoin du soutien de la France et quelle communauté française sera soutenue par son pays de résidence.


Combien coûterait à la France l'accompagnement de plusieurs centaines de milliers de Français qui rentreraient au pays car l'Etat n'aurait pas été capable de prendre soin d'eux où qu'ils soient ?


Comme Churchill l’a dit lui-même : Que la stratégie soit belle est un fait, mais n'oubliez pas de regarder le résultat.


Florian Bohême.

Le 14 avril 2020.

Rejoignez nous sur les réseaux sociaux :

  • Twitter

© 2020 by Français au Cambodge