Rechercher

Octobre Rose 2021 - Cancer du sein parlons-en.



A l'occasion de la campagne Octobre Rose 2021, Français au Cambodge - Plus Forts Ensemble ! réédite ce portrait d'octobre 2020 avec le docteur Delphine Lemercier que vous pourrez retrouver en intégralité ici.


Est-il simple de faire une mammographie au Cambodge ?


Il existe peu de mammographes (appareil permettant de réaliser une mammographie ndlr.) au Cambodge mais des hôpitaux privés proposent ce service (Royal Phnom Penh, Sunrise Hospital, Sanine Clinic…)


Le dépistage est-il suffisant au Cambodge ?


La mammographie est un examen difficile d'interprétation. Cela complique le dépistage du cancer du sein dans des pays à faibles ressources, comme le Cambodge. Le dépistage précoce est insuffisant et il n’existe pas de campagne de sensibilisation ou de dépistage.


Des chiffres clés ?


Comme dans le reste du monde, c’est le premier des cancers chez la femme au Cambodge avec 50 nouveaux cas annuels pour 100 000 femmes.


Globalement, il y a un peu moins de cancers du sein dans les pays en développement mais le dépistage est tardif, et le traitement n'est pas optimal. De ce fait les chances de guérison sont plus faibles. Cinq ans après le diagnostic, on estime à 80 % la survie dans les pays développés et moins de 40 % dans les pays en voie de développement.


Quels sont les facteurs de risque ?


On dénombre plus de cas de la maladie dans les pays riches, en raison de certains facteurs de risques :

  • premier enfant tardif;

  • réduction du nombre de grossesse;

  • raccourcissement de l’allaitement;

  • mode de vie ( surpoids, obésité, alcool, tabac...);

  • il existe également des risques génétiques avec des cancers du sein familiaux et précoces mais cette situation est beaucoup plus rare.


(Exposition à Paris pour Octobre Rose et mise en lumière de la Tour Eiffel,

crédits : Tour Eiffel Paris)


Quels sont les conseils préventifs ?


Une hygiène de vie saine réduit les risques d’avoir un cancer du sein. Le dépistage précoce augmente considérablement les chances de guérison.

Dans l’organisation du dépistage, il faut distinguer deux catégories de femmes :

  • Pour les femmes “à faible risque”(La majorité des femmes) les dépistages se font en France à partir de 50 ans et ensuite tous les deux ans.

  • Pour les femmes “à risque élevé” (antécédents personnels ou familiaux de cancers précoces c’est à dire avant 40 ans) une consultation et des tests spécialisés sont nécessaires pour déterminer quand débuter la surveillance et à quel rythme.

Pour toutes les femmes à partir de 25 ans, il est conseillé d'avoir un examen clinique tous les ans par un gynécologue ou un médecin généraliste.


Concernant les femmes jeunes, s’il y a un examen clinique anormal, on conseillera plutôt de réaliser une échographie, plus facile à faire au Cambodge.


Rappelez nous le principe de l’auto-examen ?


La promotion de l’auto examen permet surtout d’améliorer la sensibilisation des femmes à se surveiller et à consulter si elles suspectent quelque chose d’anormal.

Les gestes utiles sont clairement expliqués sur le site internet www.cancerdusein.org/le-depistage/lauto-examen-des-seins


Il s’agit surtout de détecter :

  • une masse palpable;

  • une déformation ou rétractation du sein;

  • une modification du mamelon (rétraction du mamelon).

(vidéo de Sikana et Ligue contre le cancer)


Il n’existe pas de symptômes spécifiques. Les douleurs ne sont absolument pas un signe d'alerte spécifique, elles ont plus souvent une origine hormonale.


Pour ses patientes, Delphine effectue évidemment des examens cliniques tous les ans. Pour les femmes de plus de 50 ans, expatriées ou pas, elle recommande plutôt de fréquenter le même établissement radiologique afin de pouvoir comparer la dernière mammographie avec les précédentes.


1 femme sur 8 risque de développer un cancer du sein. L'information sur le dépistage précoce permet de sauver des milliers de vie, elle est essentielle.


Renseignements utiles :

- Les gynécologues recommandés via la liste de notoriété médicale de l’Ambassade de France au Cambodge, cette liste a été actualisée en juillet 2021 :


  • Dr Delphine LE MERCIER

Gynécologue, Obstétricienne, suivi de grossesse

Fertility and Gynecology Clinic

#31 rue 178 Sangkat Phsar Thmei 3 - Phnom Penh

Tél : 023 22 22 95 – 023 666 25 55

https://fertilitycambodia.com/


  • Dr Michel SEBBAN

Généraliste spécialisé en gynécologie, acupuncture

Advance European Medicare Center (AEMC)

3 rue 240 – Sangkat Chatumouk - Phnom Penh

Tel: 011 811 175 (Khmer, anglais)

Tél portable 012 634 115 (Khmer, anglais, français)

info@european-medicare.com

http://www.european-medicare.com


  • Dr TIM WALCH Pichnissay (Francophone)

Gynécologue, Obstétricienne, suivi de grossesse

Advance European Medicare Center (AEMC)

3 rue 240 – Sangkat Chatumouk - Phnom Penh

Tel: 011 811 175 (Khmer, anglais) -

Tél portable 012 634 115 (Khmer, anglais, français)

info@european-medicare.com

http://www.european-medicare.com


Pour aller plus loin sur ce sujet :