Rechercher

Le portrait de décembre 2020 : Dominique Bourne, coureur de fonds, solidaire

Mis à jour : 15 déc. 2020


Rien ne prédestinait Dominique, originaire d’Ambérieu-en-Bugey (Région Auvergne-Rhône-Alpes) à vivre et enseigner à Phnom Penh. Nous vous présentons l’itinéraire de ce quinquagénaire engagé en cette occasion si particulière. Il est impliqué avec un collectif de fonceurs dans l’organisation de la course à pied extrême de 250 Kms "Run for Ptea Clara". L’intégralité des dons récoltés sur la plateforme Hellosasso sera reversée à l’association "Ptea Clara, d’une famille à l'autre". C’est le défi de Véronique Messina sa compagne et quelques passionnés d’endurance (course à pied ou vélo). Ils longeront le Mékong au départ de Kratié pour une arrivée à l’orphelinat, situé à 20km de la capitale (27 au 30 décembre).

Après 30 ans de carrière au sein de l’entreprise publique Electricité de France (EDF), en qualité de technicien dans le secteur nucléaire en région lyonnaise, Dominique a pu opter pour une retraite anticipée en mars 2019.

Dans quel contexte avez-vous découvert le Cambodge ?


En 2007, à 44 ans, j’avais mis une première fois mon parcours professionnel en disponibilité pour deux ans, afin de suivre ma compagne. Véronique, orthophoniste, avait une belle opportunité de carrière au Royaume du Cambodge étant donné que sa spécialité médicale n’était pas encore représentée.


Evidemment, j’ai eu une période d’hésitation car nous ne connaissions pas le pays et je n’avais jamais vécu à l’étranger. Cependant, j’avais déjà beaucoup voyagé (Amérique du Sud, Afrique, Océan indien, Asie) et Véronique aussi. J’ai donc décidé de vivre cette aventure même si cela impliquait de renoncer à une évolution interne à EDF.

Quelques semaines après notre installation en septembre 2007, Patrick Battesti, le directeur du Lycée Français René Descartes, à cette période, m’a proposé d’effectuer des missions de remplacement pour les classes de primaire. J’ai suivi un programme de formation pédagogique. L’école recensait alors seulement 600 élèves, moitié moins qu’en 2019.

Comment avez-vous vécu votre retour en France en 2009 ?


Fin août 2009, à l’échéance de cette « disponibilité de la fonction publique » j’ai réintégré mon poste de technicien à la centrale nucléaire du Bugey, dans l’Ain. J’ai rapidement réalisé que je n’étais plus adapté à la routine du passé, bien que confortable à certains égards. J’aurais pu devenir propriétaire d’un pavillon et comme ‘’tout le monde’’ parler de ma future véranda à la pause-café…Evidemment, après ces années riches en expériences au Cambodge, cela ne me paraissait vraiment pas excitant pour mon épanouissement personnel. L’effervescence de Phnom Penh et la chaleur du Royaume me manquaient énormément mais je devais être patient.

Enfin, en septembre 2012 je suis revenu au Cambodge dans le cadre d’une nouvelle disponibilité puis d'un congé sans solde. J’avais l’envie de tourner définitivement la page du nucléaire et prendre en main les rênes de mon destin.

Avec une très grande satisfaction, j’ai rapidement retrouvé mon poste de remplaçant au Lycée Descartes. J’avais la sensation d’entamer une deuxième carrière professionnelle. Actuellement, après 10 ans d’exercice dans l’enseignement je souhaite mettre un terme à cette fonction de remplaçant. Cependant, je reste disponible pour d’éventuels dépannages ponctuels de courtes durées et je continue d’intervenir au LFRD pour une mission de soutien aux devoirs. Je prends du plaisir à croiser mes collègues de travail et à passer du temps avec les élèves.


Pourquoi cet engagement solidaire en faveur de Ptea Clara ?


Je connais Sandra Rousseau, biologiste, la co-fondatrice belge de l’association Ptea Clara depuis 2012. A chaque rencontre je suis touché par la force et la sincérité de son engagement auprès des enfants de Ptea Clara. Elle et Gilles, son mari médecin généraliste, ont créé un véritable foyer familial à ces enfants défavorisés en banlieue de Phnom Penh.

Lorsque Véronique m’a suggéré d’organiser un événement sportif dans le but de valoriser l’action du centre Ptea Clara, j’ai tout de suite accepté de la soutenir dans son challenge. Le défi est majeur, il s’agit de récolter des fonds pour financer les besoins de l’association via des dons sur la plateforme Helloasso.

Je suis heureux de voir que la cagnotte de Ptea Clara se remplit…

Heureux pour les enfants, pour Sandra et pour Véronique qui se sont tellement investies. Nous sommes plusieurs à apporter collectivement notre contribution. Nous espérons tous que cela permettra à l’association Ptea Clara de garder le bon cap pour permettre à ces petits pensionnaires d’avoir un meilleur avenir. Sponsors, donateurs, accompagnateurs, nous sommes tous enthousiastes de participer à cette course solidaire avec Véronique de Kratie à Phnom Penh. L’arrivée à l’orphelinat sera l’occasion d’une grande fête partagée avec les enfants et les sponsors et le personnel de l’association.



Quel est votre profil sportif ?


Je n’ai jamais été un excellent coureur à pied, même si je fais de la course à pied depuis le service militaire. Cette discipline est un atout pour la pratique d’autres sports : badminton, vtt, trekking en montagne. Grace à la course, j’ai acquis de l’endurance pour être performant lors de la préparation de plusieurs ascensions : Cotopaxi (Equateur, 5897 m), Kilimandjaro (Tanzanie, 5885 m) et Aconcagua (Argentine, 6962 m). C’était ma période haute montagne dans les années 1990 - 2000.

Depuis mon premier séjour au Cambodge en 2007 j’ai participé à plusieurs courses à Phnom Penh, Siem Reap, Sihanoukville, Kampong Chhnang, le Bokor, en Chine au Laos et en Thaïlande. Il ne s’agissait pas de très longues distances. Par contre, je suis toujours avec passion les courses en ultra-trails de Véronique.

Le collectif Français au Cambodge, Plus fort ensemble soutient et encourage cette initiative sportive et solidaire. Chacun peut être supporter à sa façon, sportivement et financièrement.

Bon courage aux participants de cette course extrême, nous gageons du succès de l’opération afin que la tirelire de Ptea Clara soit bien garnie. Elle permettra la concrétisation de tous les projets de la nouvelle année.

  • Pour suivre les préparatifs et la course Facebook .

  • Faire un don sur le site de cagnotte en ligne Helloasso.

EN SAVOIR PLUS SUR L'ASSOCIATION PTEA CLARA

L’association a été créée en 2009 par Sandra et Gilles Rousseau, à 25 km au Sud-Est de Phnom Penh. C’est une ONG à taille humaine, pour un accueil familial de 150 enfants.


Elle oriente ses activités autour de 3 missions principales :

● le soutien scolaire pour les enfants de Ptea Clara mais aussi ceux des villages alentours (math, khmer, informatique, français, anglais)

● la protection des enfants : accueil des enfants en danger (abandon, ou familles en grande détresse sociale). Ptea Clara leur offre alors hébergement, alimentation, éducation et soins médicaux

● crèche : accueil des tout-petits pour que les parents puissent aller travailler sereinement, sans crainte d’un accident domestique qui surviendrait pendant leur absence

Actuellement, il y a 154 enfants qui bénéficient de l’aide de Ptea Clara. L’association travaille en collaboration avec le gouvernement cambodgien, qui place régulièrement des enfants en situation difficile dans leur structure (parents en prison, malades, ou situation de violence familiale)


En savoir plus sur l’association Ptea Clara.

Rédaction : Francoise Gouézou

Mise en page : Florian Bohême

Crédits Photos : Véronique Messina et Dominique Bourne



Rejoignez nous sur les réseaux sociaux :

  • Twitter

© 2020 by Français au Cambodge