Rechercher

Le portrait du mois de janvier 2022 : Sophea Oum Pheach




Chaque mois, nous sommes heureux de mettre à l'honneur le parcours d'un de nos compatriotes. A l’occasion de la réouverture de l’Alliance française de Siem Reap en ce début d’année, nous avons souhaité vous présenter la Présidente bénévole de cet établissement : Madame Sophea Oum Pheach.


Cette entrepreneuse franco-khmère, de 57 ans, est la fondatrice de Golden Silk Pheach, une société de sériciculture créée en 2002, entre Siem Reap et Banteay Srey avec pour ambition de redonner ses lettres de noblesse à la soie dorée traditionnellement utilisée au Cambodge. C’est devenu un fleuron national avec une notoriété qui dépasse les frontières du royaume. Il y a quelques mois Lizzie Enfield, reporter à la BBC, lui a consacré un article (voir ci-dessous).


Sophea est née à Dangkor dans la Province de Kandal. En 1974, son père occupait un poste de diplomate en Uruguay. Lorsque la guerre civile s’est déclenchée au Cambodge en 1975, le père de Sophea étant francophone, la famille OUM a demandé l’asile politique à la France et s’est installée définitivement un mois plus tard à Colmar.

Sophea avait alors 10 ans et une autre vie s’imposa à elle, à son frère Sokan et ses deux sœurs Sirechit et Sireirat, comme à beaucoup de leurs compatriotes. Elle suivit un parcours scolaire sans obstacle et obtient un DUT "Techniques de Commercialisation".


Photo d'archive fournie par Sophea.


A Colmar en 1987, elle rencontre Patrick, son futur mari. En 1988, Sophea part en mission humanitaire au camp de réfugiés du site B dans la région de Surin en Thaïlande. Elle est la première femme à être acceptée à cette position et elle y restera finalement jusqu'en 1992 pour l'organisation du rapatriement.

L'Accord de paix de Paris de 1991 voit le retour de milliers de réfugiés, dont beaucoup d'orphelins. L’engagement de la jeune femme se poursuit avec la fondation du village d’enfants orphelins Sovanaphoum-Komar à Battambang. Ce village a pris la forme d’une association humanitaire. Cette initiative a permis et permet encore à de jeunes défavorisés d’accéder à une éducation, d’acquérir une formation professionnelle et ainsi de prendre en charge leur avenir (actuellement deux orphelins de cette association sont en formation à Sala Baï).


Habituée à gérer des équipes au milieu de nulle part, c’est en 2001 que Sophea est nommée directrice du Centre National de la Soie à Pouk près de Siem Reap. Néophyte dans ce domaine, elle va y recevoir une initiation poussée et se passionner pour la soie jaune (Golden Silk), une matière plus noble mais plus complexe à exploiter que la soie blanche.

L’année suivante elle décide de fonder Golden Silk Peach. Sophea a réalisé qu’elle souhaitait continuer d’aider avec ses moyens, ce pays en reconstruction. Elle va tenter, à sa façon, de révéler le potentiel énorme d’une population rurale sans éducation académique.


Elle forme une équipe d’une centaine de personnes à l’ensemble des différentes étapes de fabrication de la soie qui sont exclusivement manuelles. Golden Silk Peach s’est spécialisée dans deux techniques de tissage précise Sophea : «Premièrement l’Ikat, qui par un très long processus de masquage, de teinture et de tissage permet de faire apparaitre des motifs colorés comme une peinture sur tissu. Puis le Brocatelle Royal qui s’apparente à une sculpture sur tissu ».

Comme on peut le voir dans ce reportage de Tuk Tuk TV, Sophea est passionnée par la transmission : "pour garder vivante cette tradition unique " comme elle l’exprime. "Nous avons ici une biodiversité particulière qui soutient cette soie dorée très rare et précieuse et une tradition de tissage qui s'étend sur des siècles. C’est un bonheur de continuer à transmettre. À mon retour, je voulais protéger cette biodiversité" précise Sophea. Cette entreprise dans laquelle elle a mis beaucoup d’énergie, avec son mari Patrick, a déjà réussi ce pari ambitieux et a innové avec des motifs inspirés des temples de la période angkorienne. C’est fascinant.


C’est d’ailleurs cette envie profonde de transmission qui a motivé Sophea à accepter la présidence de l’Alliance Française de Siem Reap. Cette école a été inaugurée officiellement en mars 2019, par Madame Eva Nguyen Binh, ambassadrice de France à cette période.



Sophea avec S.E.M Eva Nguyen Binh

alors Ambassadrice de France au Cambodge


L’Alliance française de Siem Reap est une association de droit local privé. Sa mission principale est de promouvoir la langue française et les cultures francophones, puis de faire le lien entre les cultures française et cambodgienne. Elle est liée à la Fondation Alliance française à Paris comme plus de 800 alliances présentes dans le monde.

Face à la pandémie de Covid-19, le Conseil d’Administration a décidé de fermer provisoirement l’établissement en mars 2021, qui comptait alors 170 étudiants. Après le départ de M. Serge Bellini, son premier directeur, et une interruption de 10 mois, l’Alliance française accueille un nouveau directeur. M. Gilbert Palaoro, installé au Cambodge depuis 2010, qui arrive avec une longue expérience de terrain. Il a travaillé à l’Agence Universitaire de la Francophonie (AUF), puis à PSE et «Toutes à l‘école», deux ONG françaises à Phnom Penh.

Lorsque l’on interroge Sophea sur la raison de son engagement à l’Alliance française de Siem Reap, la réponse est sans détour : pour défendre la francophonie au Cambodge et transmettre ce que j'ai reçu de la France : ses valeurs et sa culture.


Sophea a accepté de répondre à nos questions à l’occasion de la réouverture de l’école au début de ce mois.


Avant sa fermeture provisoire AF comptait 170 élèves. Sophea, quel est l’objectif en 2022 ?

Retrouver notre niveau mais nous ne sommes qu'à la moitié. Ce qui est déjà satisfaisant eu égard à la situation du tissu économique.

Comment encouragez-vous les parents à inscrire leurs enfants à AF ?

Heureusement, nous avons une direction dynamique, soucieuse d'apporter une qualité d'enseignement, au sacrifice de leur rémunération. C’est un véritable challenge collectif alors nous utilisons plusieurs leviers :

- la relance des élèves déjà inscrits,

- un travail via les réseau sociaux,

- Le maintien de prix inchangés malgré nos difficultés et en particulier le recrutement de professeurs.


L'Alliance Française avait créé un partenariat avec l’université d’Angkor pour 90 élèves. Qu’en est-il dans le contexte actuel ?

Oui, c'est toujours d'actualité. Nous compterons d’ailleurs une nouvelle promotion prochainement.


Considères-tu l’apprentissage du français comme une priorité pour les étudiants et un tremplin du développement du pays ?

C'est une priorité en particulier pour les étudiants engagés dans des études médicales, juridiques ou d’ingénieurs en raison de l'existence de partenariats entre la France et le Cambodge. C'est également, par le biais de l'accession à la culture française, une voie importante de développement culturel.

La maîtrise de la langue Française est aussi un grand atout dans les métiers du tourisme, de l’hôtellerie et de la restauration. Lorsque les touristes seront de retour, il y aura évidemment un grand besoin de remise à niveau du personnel francophone. Les sociétés solliciteront l’Alliance française avec la garantie d’un programme pédagogique adapté à leurs besoins spécifiques.


Tu es aussi mère de famille, votre fille parle plusieurs langues ?

Nétra parle 5 langues (Khmer, Français, Anglais, Espagnol et Chinois). A 22 ans, après un stage au CNRS à Paris, elle a obtenu un Master en Physique Fondamentale à l'Université d'Edinburgh. Elle travaille actuellement à Londres dans une start-up spécialisée dans la "Business Intelligence". Ce terme (BI) désigne les technologies, applications et pratiques de collecte, d’intégration, d’analyse et de présentation de l’information.

Depuis sa jeunesse Sophea s’engage pour des causes humaines parce qu’elle estime qu’elle doit le faire. Cela oblige parfois cette personne discrète à s’exposer plus qu’elle ne le souhaite, mais pour défendre des valeurs qui lui tiennent à cœur elle continuera longtemps.

Nous la remercions de nous avoir accordé cet entretien et lui souhaitons ainsi qu’à ses équipes de Golden Silk Pheach et à l’Alliance Française de Siem Reap tous nos vœux de succès.

Par Françoise Gouézou, rédactrice

💡 En savoir +

 

A propos de l'Alliance française de Siem Reap


Les domaines d’actions :

  • Cours de français général et professionnel ; de khmer pour francophones ;

  • Centre de passation des examens du Diplôme d’Etudes en Langue Française (DELF) / Diplôme Approfondi de Langue Française (DALF) ;

  • Centre d’examen pour le Test d’évaluation de français (TEF) et pour le Diplôme de Français Professionnel (DFP).

  • Une médiathèque tournée vers le numérique qui fait la promotion de Culturethèque ;

  • Une programmation culturelle autour du cinéma, des expositions et des conférences.

Coordonnées :

  • Rue 22, Wat Bo village, Siem Reap

  • E-mail : info@afsiemreap.org

  • FB : cliquez-ici

  • Téléphone : Accueil +855 63 766 758

  • Horaires d’ouvertures : Du lundi au vendredi : de 13h00 à 20h00 Le samedi : de 10h00 à 18h00