Rechercher

Le portrait du mois de décembre 2021 - Nathanaël Maïni - un comédien français au Cambodge

Dernière mise à jour : 10 déc. 2021




Comme chaque mois, nous vous présentons le parcours d'un de nos compatriotes. Nous avons rencontré Nathanaël Maïni, acteur interprète et metteur en scène qui dirige actuellement La Troupe de Théâtre Francophone de Phnom Penh. Il a mis en scène «La cantatrice chauve», célèbre pièce d’Eugène Ionesco qui sera jouée par 6 artistes sur scène lors de 3 représentations au Ikigai Art Center, du 10 au 12 Décembre à guichet fermé. D’autres dates seront programmées l’an prochain dans la capitale et à Siem Reap.


Ce quadragénaire corse a grandi à Bastia parmi les livres de la librairie «Le Roi Lire » de ses parents. Très précoce et déjà fasciné par le théâtre, il a intégré à 16 ans le Conservatoire d’Art Dramatique d’Avignon. Il y a fait l'apprentissage des fondamentaux et développé son univers artistique.


Les années suivantes, en plus de débuter sa carrière de comédien (cinéma, télévision et théâtre) il a enchainé les expériences d’assistanat à la mise en scène notamment auprès de Louis-Do de Lencquesaing (Comédie Française), de Jean-Claude Penchenat (Théâtre du Campagnol) et de Jean Le Scouarnec (Théâtre de l’Echange).


« J’ai fait une école pour devenir comédien mais la mise en scène est un art que j’ai appris concrètement en créant au côté de personnalités aux univers très différents. Aujourd’hui, mon imaginaire est constitué de toutes leurs influences ».


Sa carrière cinématographique et télévisuelle est gérée par l’agent renommé Christopher Robba chez AS Talents à Paris.


Nathanaël veille cependant à garder liberté et maitrise pour son parcours théâtral en se consacrant à une ou deux créations par an. «Maintenant, les milieux du cinéma, de la télé et du théâtre ne sont plus cloisonnés. Il n’y a plus de problème de passer de l’un à l’autre. Et c’est même ludique ».


Son parcours est jalonné de temps forts dont des rôles dans des longs métrages emblématiques français, Un Prophète de Jacques Audiard en 2009 et surtout Les Anonymes de Pierre Schoeller en 2012 qui lui donne un nouvel élan. S’en suivront, Fidélio de Lucie Borleteau 2013 ou Vie Sauvage de Cédric Kahn en 2014 etc.

Film « je suis un soldat » de Laurent Lariviere.

Photo Christophe Brachet


Le film ´Je suis un soldat’ de Laurent Larivière a été sélectionné au Festival de Cannes en 2015 dans la catégorie "Un certain regard", ce qui lui a donné l’honneur de fouler le fameux tapis rouge du Palais des Festivals avec l’équipe du film et notamment Louise Bourgoin et Jean-Luc Anglade. Sa performance dans ce film lui a aussi valu, la même année, une nomination pour le meilleur second rôle masculin au Festival Jean Carmet.


Il a interprété de nombreux rôles en France dans des téléfilms (Disparus, Le viol, Les Héritières etc.), des séries (Cannabis, Duel au soleil etc.), des courts métrages et des documentaires. «J’ai également une expérience hollywoodienne dans la série Ugly Betty. J’étais cantonné dans un rôle de « Frenchy » quelque peu caricatural. Ce fut quand même une expérience formidable et j’ai découvert de nouvelles méthodes de travail» confit-il.

Quand es-tu arrivé au Cambodge ?

« En 2019, pour mon quarantième anniversaire, j’ai choisi le Cambodge par hasard. Totalement dépaysé, j’ai eu un véritable coup de foudre pour ce pays au point qu’au terme de ces 15 jours de vacances je projetais déjà d’y revenir. En mars 2020, tous mes contrats annulés les uns après les autres en France à cause de la pandémie, j’ai décidé de revenir. Je ne m’attendais pas à y passer autant de temps et que des opportunités de travail s’ouvrent si rapidement. Qu’elles soient bénévoles avec Simon Gilbert, violoniste belge, au sein de l’école « Music 4 everyone » à Siem Reap d’abord puis professionnelles par mes interventions au lycée Descartes à Phnom Penh et jusqu’à la belle proposition de mise en scène de la troupe francophone.


En un mois et demi seulement, cette troupe soudée avec ses comédiens passionnés s’est rendue disponible et a plongé dans l’univers de Ionesco avec fougue. La troupe amateur s’est révélée d’une exigence professionnelle face à la machine de précision qu’est l’écriture de cet auteur. Quel bonheur de diriger cette aventure, d’accompagner ces artistes, et de jouer à guichet fermé dans ce bel espace d’Ikigai Art Center ».


Ses parents, Marie-Jeanne et Christian, venus le voir en Novembre 2020, sont tombés sous le charme du Cambodge eux aussi et ont décidé de prolonger leur séjour encore quelque temps.


Comment décris-tu ta mission au Lycée Français René Descartes ?

« L’art dramatique est une passion et la transmettre m’est nécessaire. Je ne me considère pas comme un professeur au sens traditionnel du terme mais plutôt comme un relai. Diriger des acteurs vient enrichir également mon jeu d’acteur et mon imaginaire.

La voix, le corps, les textes, l’écoute, la confiance. De la 6ième à la terminale, cette jeunesse Phnom Penhoise m’enthousiasme et les accompagner sur le chemin de la création me passionne. Que les élèves se destinent à s’engager dans la voie artistique ou non, je suis là pour essayer de leur transmettre quelques outils supplémentaires qui leur serviront de toute façon dans leur vie future."


Après les trois représentations de La Cantatrice Chauve, Nathanaël rentrera en Corse où l’attendent d’autres projets. Il reviendra au Cambodge au Printemps 2022. Il espère que la pièce pourra reprendre à Phnom Penh et tourner à Siem Reap. Il a bien l’intention aussi de poursuivre ses ateliers et master class de théâtre au Ikigai Art Center et ses interventions au Lycée Descartes auprès des options théâtre.


La carrière de Nathanaël est déjà riche. Elle promet encore de nous emmener loin et longtemps vers des univers étonnants et de nouvelles explorations artistiques au théâtre comme au cinéma.


Par Françoise Gouézou, rédactrice


 

ZOOM : La Troupe de Théâtre Francophone de Phnom Penh


Les membres de la troupe de théâtre francophone de Phnom Penh

en pleine préparation de leur prochaine pièce.


L’histoire de cette troupe débute en 2010. Christophe Dellocque un comédien professionnel et metteur en scène installé à Phnom Penh crée le premier atelier de théâtre francophone au Cambodge. Le fondateur de la troupe a monté la première pièce en 2011, suivie de plusieurs spectacles dans un registre varié (De Ribes à Hanokh Levin en passant par Labiche) avec des comédiens amateurs. Ces débutants sont français ou francophones, et quelques cambodgiens bilingues, domiciliés à Phnom Penh dans le cadre de leurs activités professionnelles.

Depuis 2014, Christophe Dellocque poursuit sa carrière avec succès sur les planches en France. Il a été remplacé tout d’abord par Julia Leyris, une jeune comédienne pleine de vitalité et de créativité, suivi par d’autres metteurs en scène toutes ces dernières années. Chacun a apporté sa touche en créativité et fantaisie pour présenter un à deux spectacles annuels. Actuellement la troupe est dirigée par Nathanael Maïni. Il met en scène La Cantatrice Chauve, célèbre pièce d’Eugène Ionesco. C’est une œuvre majeur et populaire du théâtre de l’absurde créé en 1950 dont le succès est toujours reconnu.

Elle sera jouée sur la scène du Centre artistique Ikigai à Phnom Phenh par six comédien.nes de la troupe pour trois représentations du 10 au 12 décembre (complet).

Deux comédiennes de la troupe d’origine seront sur scène. Anne Guérineau et Béatrice Montariol. Cette dernière nous a confié que tout est allé très vite dès que Nathanael a pris la direction de la troupe. «En trois mois, cet amoureux du Cambodge a eu envie de monter un spectacle avec nous. Il a choisi la pièce et nous l’a proposée. Certains avaient des réticences mais Nathanael a su nous convaincre et répartir les rôles en fonctions de nos spécificités. C’est un bonheur de travailler avec lui car il possède une grande expérience : comédien mais aussi acteur, metteur en scène avec des professionnels ou amateurs comme nous. On se retrouve une à deux fois par semaine pour des séances de trois heures et déjà trois journées entières en weekend. Actuellement les répétitions sont plus intensives à quelques jours de la générale. C’est énormément de travail. Nathanael s’est réapproprié la pièce d’Eugène Ionesco dans le respect total du texte mais Il a innové pour présenter une Cantatrice Chauve intemporelle. C’est jubilatoire».

Apres le spectacle Nathanael repartira travailler en France mais la troupe espère le voir revenir au printemps pour un nouveau projet.

La troupe peut accueillir de nouveaux amateurs de théâtre (adolescents et adultes) qui souhaitent rejoindre les acteurs.

Les répétitions importantes ont lieu dans une salle que l’ONG Sipar met gratuitement à disposition. Les répétitions en petit comité se déroulent le plus souvent à l’hôtel Amanjaya.

 

nb: Les Projets à court terme de Nathanaël :

  • La co-mise en scène de la pièce «7 secondes d’éternité» inspirée de la vie de Hedy Lamarr avec Aurelie Pitrat.

  • Trois spectacles en tournées :

  • Let’s dance (adaptation « Danse de mort ») de Strindberg et Le Déjeuner chez Wittgenstein de Thomas Bernhard avec la Cie Animal 2d

  • Main dans la main d’Alexandre Oppecini

  • Et sortie prochaine de la série « Un crime lui va si bien » sur France 2 dans laquelle Nathanaël incarne un personnage intéressant.