Rechercher

Portrait septembre 2022 - Estelle Bouat - bénévole tout terrain


Estelle a grandi en Sologne, précisément dans le Loir–et-Cher où ses parents étaient instituteurs. L’école de musique était l’une des rares activités cuturelles de la commune. C’est donc à Nouan Le Fuzelier qu'elle a débuté, à huit ans, l’apprentissage du hautbois bien qu'elle avait plus d’attirance pour la flûte traversière. «L’école souhaitait ajouter cet instrument à leur programmation, avec une amie, je me suis laissée convaincre par le professeur qui était talentueux » se souvient Estelle.


Section musique-étude à l’INSA Lyon


En 1993, elle obtient son baccalauréat et intègre la section musique-études de l’INSA de Lyon (Institut National des Sciences Appliquées), l’une des meilleures écoles d’ingénieurs avec classe préparatoire intégrée de France.


Pendant 5 ans Estelle a pu satisfaire sa passion de la musique tout en suivant son cursus d'études en informatique-génie logiciel.


Les élèves de cette section animent l’Association Musicale de l’école et organisent des concerts hebdomadaires, un Festival de jazz et des événements divers. «J’ai présidé l’association en 1996/97. J'ai aussi fondé l’Harmonie de l’INSA de Lyon car dans une harmonie tous les instruments à vent sont acceptés contrairement à un orchestre symphonique» précise Estelle. Cette explication est bienvenue car nous ne sommes pas tous érudits dans ce domaine.


Elle continue la pratique du hautbois pour son plaisir et cet été elle a participé à un concert avec l’Harmonie de Limonest, près de Lyon.


Carrière d'ingénieur en informatique


Après l’obtention de son diplôme d'ingénieur, cette femme d’action a occupé plusieurs postes de cheffe de projets informatiques dans de grandes entreprises. Elle a notamment travaillé 15 ans au sein de EDF. Maman de trois enfants, elle a fait une pause dans sa carrière pour déménager en Guadeloupe où Stéphane, son mari, avait obtenu un poste. Elle a finalement arrêté de travailler en 2018, lorsque la famille s'est installée à Phnom Penh.


«J’ai particulièrement apprécié ma situation de mère au foyer lors de la pandémie du Covid, estime Estelle. C’était un privilège de soutenir les enfants dans cette période complexe d’enseignement à distance ». Les trois enfants ont été scolarisés au Lycée Français René Descartes, où la cadette est actuellement en classe de 3e.



Estelle Bouat, Mona Hard et Melanie Dollfus Hubault - parents d'élèves de Descartes avec Florian Bohême

Représentante des parents d'élèves au Lycée Descartes


J’assume cette fonction au Conseil d’Etablissement avec trois autres parents, explique Estelle. «Nous suivons les projets d’un point de vue pédagogique et remontons les remarques ou suggestions des parents. Nous faisons bien entendu le suivi de nos demandes. Chaque année, je me propose comme déléguée des parents pour les classes de mes enfants.

Je considère que la Direction est à l'écoute de nos remarques, et qu’elle oeuvre pour l’intérêt des enfants. Je tiens à préciser que l’équipe pédagogique du LFRD a extrêmement bien géré la « saison Covid ».


Honnêtement je ne sais pas s’ils auraient pu faire mieux, avec leurs moyens et les contraintes locales. D’ailleurs le lycée a été moteur pour toutes les écoles internationales de la capitale».


L'expérience Parcoursup pour des élèves au Cambodge


Aucune difficulté notoire avec Parcoursup, si ce n'est la nébuleuse des algorithmes des formations.


Le Lycée Français de Phnom Penh est excellent. On peut le recommander aux familles qui hésiteraient à s’installer au Cambodge par crainte d’un faible niveau de l’enseignement.

D’ailleurs de nombreux établissements internationaux existent dans cette ville en constant développement.


« Avec son baccalauréat obtenu au LFRD, notre fille a été admise dans une classe préparatoire au lycée du Parc à Lyon qui est très bien classé. Maintenant elle étudie dans une école d'ingénieurs à Nantes. Notre fils est étudiant dans une des meilleures école d'ingénieurs post bac (top 3) à Compiègne.


L'année dernière un des élèves du Lycée Descartes a intégré le très sélectif établissement Louis Le Grand à Paris. Tout brillants "de nature" qu'ils soient, l'enseignement a été de qualité car ils n'échouent pas en post bac » souligne Estelle.


La famille se plaît bien au Cambodge, elle y restera tant que Stéphane sera en fonction au sein de la Société Suez Consulting.



Lors d'une soirée de Phnom Penh Accueil

La genèse de Phnom Penh Accueil


L’Association PHNOM PENH ACCUEIL est née en janvier 2001, sous l’impulsion de sept membres fondateurs désireux de faciliter l’installation des francophones et leur adaptation dans la capitale. Ils ont organisé des activités sociales et culturelles variées. Le partage de la connaissance de la culture de notre pays d’accueil était le leitmotiv de l’époque et il perdure depuis plus de 20 ans.


Évidemment l’association évolue en fonction des membres partants et arrivants. Chacun peut exprimer ses envies, ses motivations et contribuer à l’organisation des événements. Tout le monde est bienvenu et toutes les nouvelles idées sont appréciées. Nous avons récemment organisé un Phnom Penh Heritage Tour pour les nouveaux arrivants, cette activité a beaucoup de succès, elle sera reprogrammée prochainement.


« Je me suis impliquée dans l’organisation en 2019. L’objectif était de rendre à l’association ce qu'elle m’avait apporté à notre arrivée au Cambodge, : une aide précieuse à l'intégration, confie Estelle. Il n’est pas aisé de débarquer en famille dans une ville inconnue. J’ai de la disponibilité alors j’ai proposé de gérer la page Facebook ainsi que le guide pratique. Ces tâches sont chronophages pour les maintenir à jour.


Désormais, Estelle est co-présidente de l’association qui compte déjà cinquante familles adhérentes pour la saison 2022-2023.


Retenez la date : samedi 8 octobre de 9h00 à 12h00 dans les jardins de l’IFC

Nouveauté : le Forum de rentrée


PPA organise pour la première fois un Forum de rentrée à l’Institut Français du Cambodge (IFC). L’idée a été proposée par le collectif Français au Cambodge - Plus Forts Ensemble ! et elle s’inscrit dans les objectifs de PPA.


Cet événement inédit consistera à présenter au public des structures, francophones et anglophones, qui seront sur place afin de promouvoir des activités artistiques ou sportives destinées aux enfants et aux adultes. Les familles qui arrivent sur Phnom Penh sont demandeuses, mais les résidents de plus longue date aussi.


Nous avons aussi invité d’autres associations françaises actives au Cambodge. L’idée est de se rassembler et de faire de nouvelles rencontres dans une atmosphère conviviale et constructive.



Rendez-vous classiques de Phnom Penh Accueil

📌Lundi matin : Aquagym à la piscine du White Mansion hotel

📌Mardi : le premier du mois Les PPvores, accessible à tous les lecteurs.

Mardi : le deuxième du mois le café-bricole, pour recycler les vieux bijous en de véritables œuvres d’art

📌Vendredi matin : la permanence, une rencontre informelle et conviviale dans les jardins de l’Institut Français du Cambodge (IFC) ouverte à tous.

📌Du mardi au vendredi : Majhong de 14h00 à 17h00



Rendez-vous à venir

📌Cocktail de rentrée, date et lieu à confirmer.

📌Visite au musée SOSORO.

📌Visite de l’atelier de restauration du musée national.

📌Dégustation de vins avec des experts.

📌Invitations d’intervenants aux permanences à l’IFC le vendredi.


Pour aller plus loin

📌https://www.facebook.com/phnompenh.accueil.1


Portrait rédigé pour Français au Cambodge - Plus Forts Ensemble ! par Françoise Gouézou,

Rédactrice le 15/09/2022